J’ai oublié de recharger ma voiture

Volontairement je vous rassure. Hier soir marque le jour où ma confiance en l’électromobilité et ma connaissance de ma voiture ont considérablement augmentés. Résultat, je pense pouvoir dire que je maîtrise suffisamment les deux pour pouvoir tenter une expérience; « Ne pas recharger ma voiture la nuit et l’utiliser le lendemain sans mettre le Rex en marche« .

Pourquoi tenter cette expérience ce jeudi ?

Car ce jeudi est le dernier jour de ma semaine; j’adore les fériés qui tombent le vendredi. J’estime mon kilométrage total de ce jour à plus ou moins 80 km. En plus, comme la voiture est équipée du Rex, le simple fait de me planter dans mes estimations n’a qu’un impact mineur. Alors c’est parti !

État des lieux avant de me coucher

La voiture était chargée à 50%, soit une autonomie annoncée de 119 km. Le réservoir du Rex lui est complètement rempli.

L’application Connected Drive est très pratique pour vérifier ces informations

Jeudi matin, 7:53

La voiture est toujours là, ce qui est une très bonne chose. Sa batterie n’a pas bougé  d’un yota. J’embarque dans ma voiture, j’appuie sur le bouton démarré, je passe ensuite la voiture en mode Écopro+ et encode l’adresse du travail dans le GPS. Le trafic et la topographie de mon itinéraire viennent de changer mon autonomie qui perd 2 km. Très raisonnable.

Embouteillage quand tu nous tiens…

La parcours fait 32 km, je m’attends donc à avoir une autonomie de 85 km à mon arrivée. Je venais à peine de parcourir 200 m que la voiture m’annonce déjà 40 minutes de bouchons. Elle me propose immédiatement un itinéraire alternatif évitant l’autoroute, que j’accepte immédiatement. Cela ramène mon autonomie total à 119 km (comme prévu initialement).

40 minutes de bouchon sur 6,8 km restants

Cela ne m’a pas empêché de quand même m’empaler dans les bouchons, le réseau secondaire étant lui aussi saturé.

Arrivée au bureau à 9h17

1h24 pour faire 32 km, ce fût long et difficile, mais j’ai réussi à aller au travail. Alors que dit l’ordinateur de bord ?

92 km restants

Beau trajet avec une consommation très raisonnable

J’ai parcouru 32 km en 1h24 et il me reste 92 km d’autonomie. Soit une autonomie totale pour la journée de 124 km, 5 km de plus qu’estimé par la voiture avant de partir.

11h47, restaurant avec un ami

Je prend ma voiture qui est stationnée en plein soleil (35 degrés). Avant même de déplacer le véhicule, il m’annonce que l’autonomie a baissé de 92 à 87 km restants. Cela doit être dû à la climatisation de la batterie et du système haute tension qui puise un peu d’énergie.

Fenêtres baissées et climatisation éteinte, nous parcourons 8 km pour aller manger et revenir au bureau dans le calme de l’électricité. En me stationnant, je découvre que j’ai consommé le double de ce l’ordinateur de bord prévoyait. J’ai donc perdu 16 km d’autonomie au lieu des 8 réellement parcouru. Cette i3 n’aime vraiment pas les températures trop élevées.

17h00, je rentre !

L’heure de rentrer à la maison. J’ouvre les fenêtres  et démarre la voiture : 78 km d’autonomie en mode Écopro+.

En encodant mon adresse dans le GPS, mon autonomie de 78 km est passée à 68 km. Ce qui reste largement assez pour les 35 km de retour par l’autoroute.

Après 10 minutes de trajet en ville, je monte sur autoroute. C’est le moment parfait pour fermer les fenêtres et lancer la climatisation. Mon autonomie chute immédiatement à 47 km. Ouch ! Pour parcourir les 27  km restants ça va être juste, et ça, la voiture le sait

Le GPS m’averti que l’autonomie restante est faible et me propose de chercher une station de recharge

Vous avez sûrement l’impression que l’ordinateur de bord n’est pas précis et change d’avis toutes les 10 secondes. Mais c’est faux, tous ces changements sont liés à une action de ma part. Si j’annule ma dernière action, l’autonomie repasse à la valeur précédente. J’ai donc en temps réel un ordinateur de bord qui le donne des informations cruciales sur mon autonomie.

Délibération de la journée

Avec les 35 degrés à l’extérieur, il faut dire que le système haute tension à dû batailler ferme pour rester au frais, et ça, ça consomme. Je m’attend donc à une autonomie totale plus faible qu’initialement prévue.

Passons aux chiffres maintenant.

J’ai parcouru 83 km au cours de cette journée, sur des routes aussi variés que des autoroutes, des nationales et des petites routes de villes et villages.

L’autonomie restante en mode confort avec la climatisation allumée sur 21 degrés est de 28 km. Soit une autonomie totale de 111 km au lieu de 119 prévue le matin.

Tout ça est bien joli, mais je dois quand même vous parler de la mauvaise nouvelle du jour; pour recharger la batterie de ma voiture de 13 à 100%, le chargeur d’origine a besoin de 16 heures. Je commence à me dire que si je faisais installer une borne domestique 7,4 kW, je pourrais diviser ce temps par deux et cela rendrait possible la recharge de ma voiture une fois tous les deux jours. Actuellement avec ma capacité de recharge de 3,2 kW, je suis obligé de recharger tous les jours.

Mais revenons à notre aventure. C’est une mission accomplie pour cette petite i3 malgré une légère baisse de l’estimation de départ liée principalement aux températures extérieurs extrêmes qui ont obligé le système haute tension à se refroidir en permanence. C’est également une aventure qui me réconforte et me pousse à vouloir prendre encore plus de risques. Jusqu’au jour où …

2 réponses

  1. Christophe dit :

    Intéressante cette expérience par forte chaleur…
    Je me demande si la pompe à chaleur (pas sur i3 REX donc) consommerait moins pour refroidir les batteries (elle est reliée au circuit des batteries) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter et ne manquez jamais un seul article !

 

 

Non, merci !