Du plaisir à la douche froide

Janvier 2012. Toujours sous l’influence du virus du mois passé, je me rends chez le concessionnaire BMW i le plus proche de chez moi. Fort de mes diverses recherches sur internet concernant ce modèle, je me dirige confiant vers le vendeur. L’accueil est agréable et j’ai en face de moi une personne très compréhensive. Le vendeur m’explique qu’une technologie aussi innovante demande à être essayée avant même de savoir si, oui ou non, ce type de véhicule peut convenir aux besoins d’une personne. C’est très malin de sa part, car essayer une voiture électrique c’est souvent l’adopter. Nous avons donc convenu d’un essai de 3 jours afin d’appréhender cet ovni de la route.

L’essai

C’est donc quelques jours plus tard que je me présente au garage pour récupérer une BMW i3 60Ah d’essai équipée du Range Extender (alias Rex pour les intimes).

Le Rex est un petit moteur bicylindre de 650cc refroidi par air. D’origine Kymco, ce moteur, qui équipe des motos BMW, est installé sous le seuil de chargement du coffre arrière. Presque inaudible de l’intérieur, ce moteur thermique joue un rôle de générateur électrique lorsque la batterie n’est plus suffisamment chargée, permettant ainsi de continuer son voyage en i3 pendant approximativement 150km. Il n’a donc nullement un rôle de groupe propulseur à part entière.

Un mélange de stress et d’excitation s’empare rapidement de moi. Vais-je réussir à rentrer chez moi ? Vais-je tenir 3 jours sans tomber en panne ?

Après 30 minutes d’explications sur l’usage du Rex, le fonctionnement de la batterie et de son système de recharge, je repars donc au volant d’une BMW i3 Rex équipée de l’intérieur Lodge et de quelques belles options (GPS haut de gamme, sièges chauffants, régulateur de vitesse, Phares LED adaptatifs…). Le sentiment à bord de cette voiture est assez spécial, on se sent à part, et le regard des gens au bord de la route participe à ce ressenti.

Une fois mon adresse encodée dans le GPS, je découvre que le trajet de retour est de 45km. Avec la voiture chargée à 90 %, offrant dans ces conditions hivernales une autonomie approximative de 100km en électrique et 100km supplémentaires grâce au Rex, je pars assez serein. C’était sans compter sur les différents essais entre amis afin de montrer l’étendue des capacités de ce véhicule sorti d’un autre monde. Avec ces démonstrations sollicitant l’accumulateur à coup d’accélérations brutales, la batterie fond comme neige au soleil (c’est de saison).

Avec une voiture conventionnelle, on ne calcule jamais les distances entre deux lieux, on s’y rend et au besoin on fait le plein sur le trajet. Avec un véhicule électrique, cette démarche n’est pas encore envisageable …

Au bout de la journée, avec 62 km d’autonomie cumulée restante (Batterie + Rex), je mets la voiture en charge. Celle-ci m’annonce une charge complète le lendemain vers 9h21, soit une charge de près de 12h !! Tout ça pour 90km d’autonomie électrique par -5 degrés (avec la climatisation sur 21°, les sièges chauffants activés, le mode de conduite sur confort et une conduite « normale »). Je me demande sérieusement si l’achat d’une borne de recharge rapide ne serait finalement pas un investissement indispensable pour tout futur propriétaire de voiture électrique. Pour le savoir, il faudrait que je puisse tester les bornes de recharge publiques, mais dans un rayon de 80km autour de moi, il n’y en a pas une seule. Hormis évidement celles de la concession, mais elles sont inaccessibles du grand public.

Le lendemain, devant partir pour le travail à 6h du matin, je décolle de mon garage avec une charge de 82%, pour une autonomie électrique annoncée de 75km. Avec les 70 km de trajet aller-retour au travail, si je veux éviter d’utiliser le Rex, je vais devoir rouler « éco-conduite » et accepter de mettre la climatisation sur 18 degrés.

Ce scénario se reproduira quotidiennement jusqu’au retour à la concession trois jours plus tard, ne me permettant pas vraiment de profiter pleinement de cette merveille de technologie qu’est l’i3.

J’ai aimé

Ce qui m’a le plus marqué positivement lors de cet essai, malgré un temps d’adaptation non négligeable, c’est la pédale d’accélérateur appelée « one pedal feeling ». J’explique : la voiture est équipée d’un frein électromagnétique qui récupère l’énergie cinétique lorsqu’on relâche la pédale d’accélérateur (on dose donc le freinage en relâchant la pédale d’accélérateur). Sa force est telle qu’il devient quasi inutile d’utiliser la pédale de frein. On se retrouve donc à conduire l’i3 avec le pied droit uniquement. C’est un sentiment assez original et perturbant au début mais qui devient rapidement agréable et complètement indispensable. N’est-ce pas là l’essence même d’une bonne innovation ? Un autre avantage de cette technologie, est qu’elle vous permet d’oublier la pédale de frein, rendant le trajet beaucoup plus relaxant. Cela vous invite dès lors à anticiper les freinages, ce qui réduit de facto votre consommation.

Je vous entend déjà crier au scandale, arguant que vous ne voulez pas anticiper votre freinage 500 m avant la limitation de vitesse et qu’un bon coup de frein au panneau est largement suffisant et moins contraignant. Je suis d’accord avec vous mais ici je ne parle pas d’un frein moteur tel que vous les retrouver sur les moteurs diesels ou essences, non, je parle d’un frein électromagnétique si puissant que lors de la décélération la voiture allume les feux stops. Vous l’utiliserez donc comme les freins d’une voiture thermique, mais sans user lesdits freins ni même consommer le moindre petit kWh (au contraire, vous allez en récupérer). Que des avantages je vous dis !

Et donc ?

Je ressors de cet essai tiraillé entre joie et déception. La voiture apporte un réel plaisir par sa technologie aboutie (n’ayons pas peur des mots) mais également par son confort incroyable. Malheureusement, elle pêche un peu par sa batterie si petite et si sensible aux conditions météorologiques que les trajets en deviennent stressants. La recharge ne rattrape en rien ce problème, rendant la voiture peu adaptée à mon mode de vie (70km par jour pour le travail). C’est une voiture qui ne laisse aucune place aux loisirs ou tout autre évènement nécessitant un déplacement imprévu.

C’est donc une petite douche froide pour moi qui attendais beaucoup de cette voiture … Je ne ferme pas la porte à un véhicule électrique, et encore moins à cette BMW i3 mais pas dans cette configuration. Et pour ceux qui pensent que j’ai oublié le Rex dans mes calculs, pas du tout ! Mais celui-ci n’est pas là pour un usage quotidien, il doit être vu comme la roue de secours de la batterie.

Cet essai de trois jours a été axé principalement sur l’architecture électrique, je passe sur les détails de finition ou encore l’habitabilité. Cela fera certainement partie d’un essai plus complet qui devrait suivre prochainement.

Les plus

  • La douceur de fonctionnement du moteur
  • Le silence à bord jusqu’à 70km/h (au-delà, le vent et les bruits de roulement se font entendre)
  • L’accélération époustouflante
  • Le « one pedal feeling »

Les moins

  • Le stress de la panne sèche (autonomie)
  • Le temps de recharge de la batterie
  • Le manque d’infrastructure de recharge public

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter et ne manquez jamais un seul article !

 

 

Non, merci !